Test Arena of Valor

Découvrez le test Millenium d'AOV : MOBA disponible sur mobile Android et iOS qui fait fureur en ce moment !

Voici un jeu mobile qui pourrait, à lui seul, être le cœur d'un des plus étonnants feuilletons de l'univers vidéo-ludique. Alors qu'il se vante d'avoir, en Chine, une playerbase de plus de 50 millions de personnes, le jeu peine à intégrer le marché occidental. Accusé d'être un ersatz de League of Legends, Arena of Valor est aujourd'hui encore décrié par la communauté européenne, et boudé par les principaux influenceurs gaming. Alors autant être clair dès le début : oui, Arena of Valor ressemble comme deux gouttes d'eau à League of Legends, et ne se cache même pas d'être la copie quasi-conforme du MOBA star du moment. Mais peut-on vraiment lui en vouloir ? Juridiquement, Arena of Valor n'a pour ainsi dire rien à se reprocher. Copie certes, mais copie 100% légale, puisque c'est Tencent Holdings qui patronne la licence, tout en possédant Riot Games. Et si ce dernier éditeur grince un peu des dents quand on lui parle d'Arena of Valor (ok, on le comprends malgré tout, vous allez voir pourquoi...), il n'a techniquement pas son mot à dire.

Ceci étant dit, reste à savoir ce que vaut vraiment le jeu, indépendamment de son modèle. Car oui, Arena of Valor a plus d'un atout dans sa besace, et reste à ce jour LE moba mobile à disposition des joueurs. Quand on connaît la notoriété de ce style de jeu sur PC et dans le paysage esportif mondial, on ne peut que rester à l'affût quant à l'explosion d'Arena of Valor.

Genre : Moba
Développeur : Tencent
Éditeur : Tencent Holdings
Plateforme : IOS et Android
Prix : Free to play
Date de sortie France: 11 août 2017
Langue : Français/Anglais

Ça me rappelle quelque chose

S'il connaît un tel succès en Chine, c'est qu'Arena of Valor mobilise peu ou prou les mêmes codes et règles que League of Legend, et s'adresse avec la même force aux esportifs en herbe. Pour ceux qui dorment dans le fond ou qui n'ont pas allumé un PC depuis 5 ans, rappelons que le Moba est certainement le genre qui se prête le mieux à la compétition vidéo-ludique. Dans Arena of Valor, deux équipes de 5 joueurs se font face et doivent progresser sur une vaste arène pour détruire le coeur de la base adverse. Au milieu de la carte, une rivière qui file entre deux grands espaces boisés et trois routes qui sillonnent le tout. Dit comme ça c'est presque baudelairien, mais c'est littéralement le fondement du succès de LoL : une map unique et célèbre, dans laquelle chaque game est différente. Les joueurs se dispatchent donc dans cette grande arène, et tentent de se frayer un chemin vers le camp ennemi, tantôt en se la jouant solo, tantôt en se regroupant pour des combats collectifs.

Sur le concept, Arena of Valor n'a rien inventé, mais se démarque par une réalisation pleine de sens. Comment Tencent a-t-il fait pour adapter sur Mobile un genre aussi codifié et contraignant que le "moba LoL-like" ? C'est là tout le génie de l'éditeur asiatique, qui a, sur ce point, réussi l'impossible.

L'interface est taillée pour le mobile, simpe et accessible.

Un bon MOBA au bas mot

Le Moba est un genre exigeant : farming de sbires, last-hiting, construction d'une stratégie avec ses coéquipiers, build-path de son héros... Sans compter le format des parties : jusqu'ici la plupart des MOBA tournaient autour d'une durée de 20/30 minutes pour les games standards. Beaucoup trop long pour les aficionados du jeu mobile, amateurs du gaming en mode tapas : par petites tranches. Tencent a très bien saisi ces enjeux et s'en sort très bien avec Arena of Valor. La durée des parties est de 15 minutes environ, avec un système de farming simplifié (le last-hiting est facultatif, et vous gagnez de l'or -en proportion moindre- même quand vous ne donnez pas le dernier coup). L'équipement des héros se fait quasi automatiquement, avec des build-paths préconçus. Enfin, le nombre de héros est relativement modeste (49 actuellement), ce qui fait qu'on cerne assez rapidement les personnages rencontrés, sans avoir à retenir des tonnes et des tonnes de compétences. Côté interface, on joue avec le pouce gauche en mode stick, pour les déplacements, et le droit pour activer les compétences et attaquer.

Le compromis n'était pas évident à trouver, et franchement le jeu s'en tire plutôt bien. Avec un format plus accessible, court et intuitif qu'on Moba classique, sans abandonner trop d'aspects cruciaux du genre, chers aux tryharders et esportifs, Arena of Valor réussit la délicate pirouette de simplifier le Moba sans en ôter le cachet. Les Arcanas par exemple sont l'équivalent des runes de League of Legend : vous avez toujours la possibilité de personnaliser votre héros, de lui donner davantage d'armure, de résistance magique, de dégâts d'attaque... Les amoureux du theorycraft minutieux ne resteront donc pas sur leur faim. Le jeu est très riche en stats. Mais une fois en game, tout le monde, profanes inclus, peut se débrouiller et s'accoutumer au gameplay, plus rapidement que sur n'importe quel autre moba. "Rapide à prendre en main, long à maîtriser" est une formule qui synthétise assez bien Arena of Valor ; un jeu accessible mais qui ne boude pas les connaisseurs du genre.

Le build de chaque héros est entièrement personnalisable, selon votre stratégie et votre style.

Le teamplay, toujours aussi OP

Si on y réfléchit bien, bâtir un jeu mobile sur la notion de teamplay est un pari osé. En effet, la plupart des jeux majeurs du genre sont plutôt "individualistes". Candy Crush, Clash Royale, Angry Birds... Des jeux phares qui ont tous un jour ou l'autre fait leur nids dans nos portables et tablettes, et dont la pratique est pour ainsi dire "solitaire". Dans Arena of Valor, cependant, Tencent a pris cette tendance à contrepied et mise tout sur le teamplay. La victoire est directement tributaire du jeu en équipe et de la communication. Normal : c'est un moba. N'empêche qu'un jeu aussi collectif sur un mobile mérite bien qu'on s'y intéresse, de près ou de loin.

Là aussi Tencent a fait face avec beaucoup d'intelligence à la problématique. Dès la sélection des héros, il est possible d'activer des phrases-émotes pour planifier une stratégie avec ses coéquipiers. "Je vais dans la jungle", "Faites attention à la composition de l'équipe" sont très utiles et vous évitent d'avoir à écrire en vitesse sur un clavier ce que vous voulez dire à vos alliés. En jeu, des emotes du même type permettent une communication relativement claire. Pour émettre des pings, ces petits signaux chers aux joueurs de moba, c'est un peu plus compliqué. Il faut cliquer sur la minicarte et indiquer la zone en question.

Mais attention les yeux ; on vous garde le meilleur pour la fin. Il suffisait d'y penser, mais jouer sur un téléphone permet d'entrer directement en vocal avec vos coéquipiers, d'un seul clique. Sans passer par un logiciel tiers type Discord, Skype ou TS. Le rêve de tous les joueurs de moba : une communication vocale facile à mettre en place.

Parallèlement à tout ça, on retrouve les usuels canaux de discussions, friendlists, et même des Guildes que vous pouvez intégrer, pour jouer entre amis ou montrer l'appartenance à une équipe ou structure. Vous l'aurez bien compris : le social et le combat collectif sont au cœur d'Arena of Valor. Le jeu est d'ailleurs beaucoup plus plaisant à jouer avec des amis que solo. Moins de risque d'énervement, plus de fluidité dans les décisions prises et les communications... Rien ne vous empêche de partir en solitaire, mais plus on est de fous, plus on rit.

Canaux de discussion, chat vocal et emotes : tout est fait pour du teamplay

La fine équipe

Arena of Valor compte à l'heure actuelle 49 héros, c'est relativement peu, mais le rythme de sortie est plutôt dynamique. Bien évidemment, vous aurez le choix entre plusieurs types de combattants : les guerriers, les mages, les tireurs d'élites, les tanks, les assassins... Une nomenclature qu'on connaît déjà mais qui reste tout à fait efficace. Avoir une équipe équilibrée rassemblant des personnages de tous les types permet d'avoir plus de chances de vaincre. Le jeu réussit la délicate pirouette d'être à peu près équilibré : aucun personnage n'est absolument injouable et aucun autre n'est totalement surpuissant. Bon ok, il y a quand même quelques winrates qui laissent pantois, en bien ou en mal, mais bon... C'est là un écueil qu'aucun moba n'est parvenu à entériner complètement hélas. Rappelons l'équation constitutive qui fonde Arena of Valor : les tanks massifs craignent les tireurs à distance, qui eux-mêmes souffrent face aux assassins rapides, qui à leur tour sont vulnérables et inefficaces faces aux tanks. Oui oui, c'est bien le principe du "poule renard vipère" si cher aux animateurs de colonie de vacances : un cercle vertueux qui fait que tous les styles de jeu sont indispensables. Il y a donc des héros pour tous les goûts, soyez sans crainte.

Au début, il est un peu difficile de cerner les capacités et les limites de tous les héros que vous rencontrerez, même si les joueurs débutants n'ont accès qu'à un petit panel de héros, pour apprendre en douceur et ne pas être noyé sous la masse d'informations.

La notion de teamfight s'apprend au fur et à mesure, et selon votre niveau vous allez vivre la chose plus ou moins intensément. Les joueurs débutants se concentrent -et c'est bien normal- sur leur propre gameplay et leur propre progression vers la base adverse. C'est en devenant meilleur qu'on perçoit avec plus d'acuité l'importance duteamfight, et votre positionnement au sein de ce dernier. Comme on l'a dit plus haut ; le Moba est un genre où la marge de progression est énorme. La connaissance de son propre gameplay, et de celui des autres joueurs est essentielle pour avancer mais très longue à engranger.

Lancez la roue de la fortune

Parler d'argent, de gemmes et de pièces d'or, c'est tabou en France et assez mal vu. Mais il faut bien y passer à un moment ou un autre ! Comme tous les jeux free-to-play, Arena of Valor développe son propre système "mercantile", avec des ressources qu'on peut acquérir en jouant ou en payant avec de l'argent "réel". Et si au début du jeu, c'est un peu la fête au village (les quêtes pleuvent, l'or et les coffres de récompenses coulent à flot...), on comprend très vite que le farming des ressources échangeables est plutôt laborieux. En clair, vous devez être un joueur très assidu pour débloquer des héros et des Arcanas.

Trois types de ressources existent dans le jeu : l'or, les coupons et les gemmes. Pour dépenser tout ce butin, vous pouvez acheter des héros et des skins, des Arcanas (pour customiser les caractéristiques de vos personnages), ou faire tourner la Roue magique et obtenir une récompense aléatoire.

Bonne nouvelle pour les joueurs free-to-play : l'argent réel n'est aucunement nécessaire pour gravir les échelons du ladder et performer en ranked. Les Arcanas s'achètent avec de l'or, et même si ce dernier est long à obtenir, il ne nécessite que de jouer. En revanche, sans mettre de sous dans le jeu, l'acquisition de certains héros est pour le coup vraiment lente. Mais ça c'est de l'ordre du détail : le jeu est 100% praticable en mode free-to-play.

Sans être pay-to-win, AOV est un jeu où l'acquisition du contenu est lente et difficile.

Le gameplay agrémenté d'un coup de pouce

Sur PC, le gameplay Moba traditionnel n'est pas le plus facile à appréhender pour les nouveaux joueurs. Les mécaniques sont assez complexes à prendre en main, tout comme les règles du jeu, le lexique approprié... Et de ce point de vue les développeurs de Tencent ont réussi un petit exploit. Avec vos deux pouces, vous allez, avec un peu d'entraînement, pouvoir placer de redoutables skillshotsdodge des compétences adverses, kite dans les teamfights comme un dieu... Un vocabulaire anglophone qui rebute aux premiers abors les profanes, mais qui est primordial pour qu'un moba soit sacré au rang de jeu technique et professionnalisable, statut qui lui est cher. Arena of Valor tient sur ce point toutes ses promesses. Le facteur dexterité est très important et les joueurs apprécieront de réaliser des prouesses mécaniques et autres bons enchaînements.

Alors certes, la précision des mouvements et de la visée sont inférieures à ce qu'on peut obtenir avec clavier et souris, mais le jeu reste d'une très plaisante exigence. De plus, pour que le jeu soit quand même praticable, certaines mécaniques de base ont été facilitées : c'est le cas par exemple du hit and run.

Un jeu esPortable ?

Les jeux mobiles se sont implantés avec une relative timidité dans le paysage esportif. Logique : le support et les conditions de jeu ne permettent pas, à priori, de pratiquer de manière 100% compétitive. Et pourtant, à l'image de Clash Royale, Arena of Valor a mis les bouchées doubles pour attirer les tryharders. Le système de ladder est irréprochable, avec des divisions à grimper pour faire évoluer son blason. Argent, or, platine, diamant... La litanie, déjà mobilisée par de nombreux autres jeux, a fait ses preuves et saura vous happer. En groupe ou en solo, on aime s'acharner à grimper les échelons, jusqu'aux rangs les plus prestigieux. Le rêve suprême ? Intégrer les équipes professionnelles, avoir une communauté, des fans... En Asie, de nombreuses structures eSport gravitent déjà autour de ce jeu mobile, et des ligues rassemblent les meilleurs joueurs et sont suivies massivement. En France, rien de tout cela encore, mais Tencent ne baisse pas les bras et n'hésite pas à cashprizer à tout-va pour montrer que oui, son petit dernier a tous les atouts d'un phénomène eSport. La preuve : l'éditeur a organisé un tournoi européen non-professionnel avec... 100 000 $ de dotation ! Du jamais vu pour un tournoi de ce style.

Qu'on le veuille ou non, la progression sur un ladder, l'investissement personnel et la volonté sont au coeur du succès et du charme d'un jeu à vocation esportive. Arena of Valor cumule tous ces aspects sans vaciller. "T'es bon tu montes", l'adage célèbre chez les joueurs de moba, vaut aussi pour le jeu de Tencent.

Tencent n'a pas attendu l'Europe pour faire entrer AOV dans l'arène eSportive.

Pas de doute : Arena of Valor est un moba pur et dur. Le jeu assume totalement la technicité et l'exigence du genre, mais en les propulsant sur nos téléphones. Un grand écart qui aurait pu être fâcheux, mais Tencent a su répondre à toutes les problématiques avec une intelligence redoutable. La prise en main est facile, le teamplay est crucial et la stratégie au coeur du jeu. La recette était déjà connu depuis des années par les joueurs PC, mais les ingrédients continuent, sur mobile, à se marier à la perfection.

Le seul vrai point noir à l'horizon est un confort de jeu minimaliste. Quand vos doigts ne cachent pas partiellement la mini-map ou votre champ de vision, vous devez vous battre avec des icônes microscopique... La taille de l'écran et l'interface 100% tactile sont indéniablement synonymes de perte de commodité. C'est un prix à payer qu'on ne peut hélas pas esquiver en pratiquant sur ce support. L'arrivée du titre sur Nintendo Switch, évoquée par Tencent, pourrait changer la donne. En attendant, Arena of Valor reste un moba louable, où le skill et le jeu en équipe priment. Les amoureux du genre ne seront pas déboussolés, et les débutants trouveront sans peine leurs marques.

Les plus et les moins

+ Allie accessibilité et technicité. Alchimie rare pour un moba !

+ Communication entre les joueurs bien pensée

+ Entièrement praticable en free to play

Enfin un jeu mobile où le collectif prime !

+ Un vrai potentiel eSport

- Nécessite une bonne machine pour faire tourner le jeu

- Très proche du jeu de Riot Games

- Le farming des ressources et récompenses reste long

- Confort de jeu pas toujours optimal

Zorg

Zorg

Rédacteur - "At least, i've chicken"

Arena Of Valor test Millenium

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • linux.ca
    Effectively like Mommʏ said, afer wwe love each other and love the world that Jesus died for, thаt?s a
    sort of worship. Once wee take into considеration God and
    hearken to the sermon or in Sunday Faculty, that?s a means oof wߋrshipping as a resuⅼt of we are learnng hoԝ nice
    God is and He likes that. Or once we sit round and inform one anotheг whɑt the best things about God are.
    Youu know the ԝay a llot you want listening to peoplе
    say how smart or cute you boys are? Properly God likes aftеr wee speak clllectively about how nice he is.?

    Daddy answered.
  • Clash of Clans avec hack gratuit
    Hi every one, here every one is sharing these familiarity, therefore it's fastidious to read this webpage, and I
    used to pay a quick visit this webpage daily.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau